Français procrastinent

La procrastination est un phénomène répandu dans la société moderne, touchant un large éventail de la population française. Selon une récente étude, pas moins de 58% des Français procrastinent régulièrement. Ce constat soulève des questions sur les activités préférées lors de ces moments de report, les tâches souvent repoussées, ainsi que les raisons et les conséquences de ce comportement.


Les activités privilégiées lors de la procrastination

Lorsqu’il s’agit de repousser des tâches, les Français ont leurs préférences bien établies :

  • 47% optent pour regarder des vidéos, la télévision ou des séries.
  • 46% choisissent de naviguer sur internet, explorant probablement des sites de divertissement ou de réseaux sociaux.
  • 32% cèdent à la tentation de dormir ou de faire la sieste, peut-être comme moyen d’évasion.
  • 24% préfèrent se plonger dans la lecture, une activité souvent considérée comme une forme de détente.
  • 21% décident de sortir avec des amis, cherchant ainsi une pause sociale.
  • 19% se perdent dans les jeux sur leur smartphone, une échappatoire numérique de plus en plus courante.

Il est également notable que 44% des 18-24 ans se retrouvent sur les réseaux sociaux lorsqu’ils procrastinent, soulignant l’importance de la connectivité sociale dans ce comportement.

Les principales tâches reportées

Certaines tâches semblent être les victimes les plus fréquentes de la procrastination :

  1. Faire du rangement
  2. Faire du ménage
  3. S’occuper des papiers administratifs
  4. Pratiquer un sport (42% des 18-34 ans)
  5. Faire les courses

Il est intéressant de noter que des activités importantes pour la santé et le bien-être, telles que le sport et le maintien d’une maison propre, figurent parmi les principales tâches reportées.

Route rétroviseur

Les raisons derrière la procrastination

Les Français procrastinent et leurs raisons invoquées pour justifier cette tendance sont variées et complexes :

  • 59% des procrastinateurs déclarent un manque de motivation comme la principale raison.
  • 52% évoquent l’ennui comme justification pour repousser une tâche.
  • 38% blâment la fatigue pour leur propension à remettre à plus tard.
  • 14% avouent que c’est plus fort qu’eux, soulignant ainsi la dimension psychologique de la procrastination.
  • 12% attribuent leur comportement indécis à leur propension à procrastiner.
  • 11% se sentent intimidés par la complexité de la tâche à accomplir.

Les conséquences néfastes de la procrastination

La procrastination peut avoir des répercussions dommageables sur divers aspects de la vie quotidienne :

  • 44% se retrouvent contraints d’effectuer une tâche dans l’urgence.
  • 19% rencontrent des difficultés à se concentrer.
  • 16% bâclent les tâches importantes.
  • 10% ont déjà manqué un événement nécessitant une réservation.
  • 10% arrivent en retard au travail ou à des rendez-vous.
  • 9% subissent des pertes financières directes.

Profils démographiques de la procrastination

Il est intéressant de noter que 79% des étudiants et 44% des retraités admettent procrastiner régulièrement, suggérant que ce comportement n’est pas limité à une tranche d’âge spécifique, mais plutôt répandu à travers différentes phases de la vie.

En conclusion, la procrastination demeure un défi omniprésent pour de nombreux Français, influençant leurs habitudes quotidiennes et ayant un impact sur leur bien-être général. Comprendre les motifs sous-jacents à ce comportement et ses conséquences est le premier pas vers une gestion plus efficace du temps et une vie plus épanouie.

Méthode & source

Ce sont les chiffres qui ressortent d’une étude Omnibus réalisée du 21 au 22 mars 2019 auprès de 1002 personnes de la population française, selon la méthode des quotas. Source : https://fr.yougov.com


0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *