ASMR

ASMR est-ce convaincant ? J’ai testé pour vous

Alors que je rentrais en voiture avec le psychiatre et ami Gustavo Basterrechea d’une émission de télé dans laquelle nous étions interviewés, nous avons évoqué plusieurs méthodes de développement personnel. Il me disait que l’essentiel était que chaque personne puisse trouver du positif dans ses expériences. Cette discussion remonte à la fin des années 90 et je l’ai toujours gardée en mémoire.

Du moment que la méthode est respectueuse des personnes à qui elle s’adresse et que cela leurs procure des clés, du bien-être et du positif dans leur vie, alors il me parait qu’elle mérite notre attention.

J’ai donc testé pour vous l’ASMR

C’est quoi l’ASMR ?

L’acronyme, qui signifie « réponse autonome sensorielle méridienne », est une technique de relaxation en pleine expansion sur les plateformes de vidéos et de podcasts. Le phénomène rassemble des millions d’internautes

Pour se détendre, certains regardent des films, font du sport. D’autres allument leur ordinateur et se laissent hypnotiser par des bruits de mastication, des frottements de mains, des crépitements, des chuchotements. Ce sont des adeptes de l’ASMR : une méthode de relaxation destinée à apporter plaisir et détente à l’aide de différents stimuli auditifs.

Pour les fans de la pratique, l’écoute de ces sons déclencherait des sensations de bien-être intense. Frissons le long de l’échine, relâchement, chatouillements à l’arrière du crâne – certaines personnes décrivent un quasi «état de transe», au point d’affirmer qu’il provoquerait même un genre «d’orgasme cérébral».

Cependant tout le monde n’y serait pas réceptif. Le phénomène s’apparente à de la suggestion qui suppose une capacité à lâcher prise, à rêver et à développer son imagination. Le vécu et de la sensibilité physiologique de chaque individu jouent donc une influence sur le fait d’être réceptif ou touché par l’AMSR.

ASMR

ASMR

ASMRartiste

La pratique rassemble donc des millions d’adeptes sur le Net. Et nombreux sont les «ASMRartistes», ces youtubeurs qui produisent des vidéos visant à provoquer cette sensation de bien-être chez le spectateur. YouTube héberge près de 99 000 chaînes spécialisées dans le domaine. Certains comptes d’artistes ASMR sont suivis par près d’un million d’internautes !

L’ASMRartiste est face caméra et exécute une série de mouvements et de tapotements sur divers objets. Ces stimuli auditifs sont ensuite captés par des micros ultrasensibles capables d’enregistrer le son en trois dimensions. Le but ultime étant de provoquer des déclencheurs responsables de ces fameuses sensations.

ASMR qu’en disent les scientifiques ?

Une étude réalisée en 2015 par l’Université de Swansea, au Royaume-Uni, s’appuie sur un panel de 475 personnes réceptives aux stimuli sonores. Parmi les sondés, 98% utilisent l’ASMR pour se relaxer, 13% pour soulager des douleurs chroniques et 69% pour soulager leurs symptômes de dépression.

Une autre étude publiée l’année suivante à l’Université de Winnipeg, au Canada, avance que les personnes réceptives à l’ASMR détiennent certaines caractéristiques communes: les zones cérébrales liées à l’imaginaire, aux souvenirs et au plaisir auraient une activité beaucoup plus intense que chez les personnes non réceptives.

« Le plaisir de l’oreille peut activer des sensations dans tout le corps » a rappelé l’ORL Yves Ormezzano sur Europe 1. « N’importe quel stimulus sensoriel va déclencher au niveau du cerveau une hormone, qu’on appelle la dopamine. Une molécule libérée au moment de l’orgasme, notamment. »

Sandra Relaxation AMSR

Sandra Relaxation ASMR

Mon expérience

J’ai testé pour vous, sans apriori, sans jugement, juste en ouvrant une porte sur la découverte. Il m’a fallut une bonne dizaine de minutes avant de pouvoir me laisser totalement aller. Mon goût de la connaissance des techniques employées était un frein. J’analysais. Je décortiquais. J’ai enfin décidé de lâcher-prise et je me suis laissé envahir par un état hypnotique léger et très agréable.

La voix de l’ASMRartiste m’a accompagné ainsi que les sons (tapotements de ses ongles apprêtés sur une boite en bois, caresses de sachets de thé, froissements délicats des pages d’un livre qui se tournent…). Sensations du corps qui se relaxe, qui se fait plus lourd, bâillements plus pressants, paupières plus lourdes… je n’ai jamais entendu la fin de la vidéo. Je dormais comme un bébé !

Sources : Le Temps RTS Le Nouvelliste


SHAKEZ votre vie et dégustez-la !

Partagez pour apporter une aide précieuse à celles et ceux qui en ont besoin.

Stéphane Abry Coaching

Stéphane Abry Coaching

Contacts professionnels

contact(@)stephane-abry.com ou contact(@)stephane-abry-coaching.com

Rencontrons-nous pour vos séances de coaching : 21 rue Pierre Toufaire à Rochefort 17300 (Charente-Maritime)

Skype coaching : Suisse, Belgique, Québec et France (séances de 30 minutes)

Auteur du livre « N’oublie pas pourquoi tu cours » (disponible aussi sur Amazon) et du recueil de pensées « Ce qui ne tue pas » (Amazon Kindle)

#abrycoaching #skakezvotrevie

Neuf Suisses sur dix ne sont pas épanouis

Manque d’épanouissement

En Suisse, près de 90% des adultes n’ont pas le temps de faire ce qui est vraiment important à leurs yeux. Plus de la moitié regrette de ne pas avoir assez voyagé ou vécu d’aventures. Deux tiers des travailleurs à plein temps aimeraient réduire leur taux d’occupation.

Environ la moitié des adultes renonce à pratiquer une activité physique ou à faire du sport par manque de temps, selon un sondage réalisé par l’institut de recherche Sotomo et publié lundi. Les Suisses n’ont pas non plus la disponibilité qu’ils souhaiteraient pour pouvoir s’occuper de leurs amis (48%) ou se détendre (47%).

Chez les couples avec enfants à la maison, c’est l’intimité avec le partenaire (56%) qui passe le plus souvent à la trappe. En comparaison, chez les autres adultes, cette part n’atteint que 36%.

Selon une auto-évaluation des sondés, un adulte dispose en semaine d’à peine cinq heures par jour en moyenne pour manger et pratiquer ses loisirs. Il consacre un peu moins de huit heures à son activité professionnelle et dort sept heures et 18 minutes. Les trajets domicile-travail prennent une heure. Les trois restantes servent en général aux autres tâches comme le ménage ou la paperasse.

Ces obligations privées ainsi que le travail empiètent sur le temps qui pourrait être consacré à d’autres activités. Les premières sont source de stress pour un adulte sur deux. De même, plus d’un tiers des actifs ressent que leur travail les angoisse parce qu’il déborde sur le temps libre, sous la forme d’heures supplémentaires ou d’appels et courriels professionnels en dehors des heures de travail.

Manque d'épanouissement

Manque d’épanouissement

Travailler moins et voyager

S’ils avaient le choix, 57% des actifs en Suisse réduiraient leur taux d’occupation, dont la moitié dans le seul but d’avoir plus de temps libre. Deux tiers des travailleurs à plein temps le feraient sans hésiter. Parmi ceux à 50% au moins, une majorité préférait réduire le nombre d’heures de travail plutôt que l’augmenter. Et seul un quart de ceux à moins de 50% choisirait de travailler plus.

Avoir davantage de temps libre et pouvoir mieux l’organiser permettrait aux Suisses d’avoir moins de regrets. Avec un regard rétrospectif, 52% des sondés pensent ne pas avoir eu assez de temps pour voyager et vivre des aventures. De même, 37% auraient profité d’apprendre un instrument de musique ou une langue. Sport, amis et autres loisirs occupent aussi une place de choix parmi les regrets.

Pour 29% des sondés, le travail est ce qui leur a fait perdre le plus de temps dans la vie. Toutefois, des activités liées au temps libre telles que la «télévision», «Internet» ou «ne rien faire», ont obtenu au total 33% de réponses. Les Romands appartiennent plus, et de loin, au premier groupe, et les Alémaniques au second. Le temps investi dans certaines relations humaines (15%) vient en 3e place.

laver dents

Si l’on revient à la réalité du quotidien, environ deux tiers des adultes se disent régulièrement stressés à cause d’un manque de temps. Près de la moitié se sentent parfois stressés et 30% sont souvent ou presque toujours sous l’emprise du stress. Différence importante, 35% des femmes sont souvent ou presque toujours dans un état de stress, contre seulement un quart des hommes.

Cet écart entre les sexes demeure si l’on observe les réponses de personnes avec des enfants à la maison ou non, d’après le sondage. Ce sont donc plutôt les activités ménagères et la paperasse quotidienne qui penchent dans la balance et angoissent les femmes. Sans surprise, les hommes, eux, sont plus préoccupés par le travail.

Toutefois, il n’y a pas que l’activité professionnelle ou les obligations privées qui causent du stress. Certains loisirs aussi, comme la consommation de médias selon 21% des sondés, ou l’échange dans les réseaux sociaux selon 17% d’entre eux. Une autre source de stress réside dans la procrastination: ainsi 52% des Suisses reportent régulièrement la paperasse et 42% les travaux ménagers.

Ce sondage rappelle que le stress a une influence négative sur l’état de satisfaction dans la vie. Une personne qui n’est jamais stressée par le temps est en moyenne quatre fois plus souvent satisfaite qu’une personne souvent stressée, comme celles qui sont absorbées durant plus de huit heures par leur travail. La tendance s’observe aussi pour les personnes qui dorment moins de huit heures.

(L’institut de recherche Sotomo a mené cette enquête en ligne pour le compte de la caisse maladie CPT du 5 au 9 septembre 2017 sur les sites des journaux partenaires Le Matin, Blick et Ticinonline.

Les réponses de 7958 Suisses ont été prises en compte. Après une pondération de cet échantillon, les résultats finaux sont représentatifs de l’ensemble de la population adulte en Suisse.)

Source : Lematin.ch 


SHAKEZ votre vie et dégustez-la !

Partagez pour apporter une aide précieuse pour celles et ceux qui en ont besoin.

Stéphane Abry Coaching

Stéphane Abry Coaching

Contacts professionnels

contact(@)stephane-abry.com ou contact(@)stephane-abry-coaching.com

Rencontrons-nous pour vos séances de coaching : 21 rue Toufaire à Rochefort 17300 (Charente-Maritime)

Skype coaching : Suisse, Belgique, Québec et France (séances de 30 minutes)

Auteur du livre « N’oublie pas pourquoi tu cours » (disponible aussi sur Amazon) et du recueil de pensées « Ce qui ne tue pas » (Amazon Kindle)

#abrycoaching #skakezvotrevie

Stress d’un actif sur quatre au travail

ENQUÊTE – En Suisse, un actif sur quatre est sous stress au travail et la même part se sent épuisée. Au total, 1,3 million de personnes sont touchées, particulièrement les jeunes. Le coût annuel pour les entreprises est de quelque 5,8 milliards de francs.

Un Suisse sur quatre (25,4%) éprouve du stress dans le cadre de son activité professionnelle. L’employé concerné n’a pas assez de ressources pour faire face aux pressions sur son lieu de travail, explique Promotion Santé Suisse jeudi dans son enquête « Job Stress Index » 2016, publiée pour la troisième fois.

Environ 1,3 million d’actifs se trouvent dans cette « zone critique ». Et près de la moitié (46,3%) se situent dans la « zone sensible ». En d’autres termes, leurs ressources disponibles suffisent tout juste à compenser les contraintes et la pression subies. Seuls 28,3% (« zone verte ») des travailleurs se disent épargnés.

Jeunes touchés par le stress

De même, un employé sur quatre (25,4%) se sent assez ou très épuisé. Les personnes qui travaillent à temps plein sont plus fatiguées que celles qui occupent un poste à temps partiel, constate la fondation. Les actifs de 25 à 39 ans sont particulièrement concernés. Il leur arrive plus souvent d’être moins performants à cause de problèmes de santé.

Le degré de fatigue est un indicateur important du bien-être des employés: plus le stress est grand, plus la fatigue l’est aussi et plus les effets sur la santé sont considérables. Une fatigue intense peut constituer un signe avant-coureur d’un burn-out.

Coûts élevés

Le coût du stress et de l’épuisement s’élève à environ 5,8 milliards par an pour les entreprises, estime Promotion Santé Suisse. Près de 4,9 milliards sont engendrés par la baisse d’efficacité au travail liée à des problèmes de santé. Le petit milliard restant est dû aux absences des employés.

L’enquête 2016 confirme les résultats des deux enquêtes précédentes, selon la fondation. L’an dernier, le stress et l’épuisement concernaient un cinquième des actifs. Une année plus tôt, le quart de personnes stressées et fatiguées était presque atteint.

L’étude a été réalisée en collaboration avec l’Université de Berne et la Haute École de Zurich pour les sciences appliquées. Près de 3000 actifs entre 16 et 65 ans ont été interrogés au printemps. Le Job Stress Index est représentatif de la population active suisse.

Source : Le Nouvelliste


SHAKEZ votre vie et dégustez-la !

Partagez pour apporter une aide précieuse pour celles et ceux qui en ont besoin.

Stéphane Abry Coaching

Stéphane Abry Coaching

Contacts professionnels

contact(@)stephane-abry.com ou contact(@)stephane-abry-coaching.com

Rencontrons-nous pour vos séances de coaching : 21 rue Toufaire à Rochefort 17300 (Charente-Maritime)

Skype coaching : Suisse, Belgique, Québec et France (séances de 30 minutes)

Auteur du livre « N’oublie pas pourquoi tu cours » (disponible aussi sur Amazon) et du recueil de pensées « Ce qui ne tue pas » (Amazon Kindle)

#abrycoaching #skakezvotrevie